Bannière de la Société d'histoire du Plateau-Mont-Royal

Commentaire

Lionel Latendresse, barbier sur le Plateau — 23 commentaires

  1. La guéguerre des salons,
    Ne rentrant pas dans toutes les subtilités de langage, j’ai dû rectifier et préciser (à la demande de l’auteur) l’appellation du salon parce que j’avais commis l’erreur de mentionner « salon de coiffure » alors que c’était un « salon de barbier« .
    En creusant la question avec Marielle, ma coiffeuse, je viens d’apprendre que dans la fin des années 70, il y avait bien une classification régie par un comité paritaire :
    – les salons de coiffure étaient alors réservés aux dames,
    – et les salons de barbiers étaient réservés aux hommes.
    Pas question de ne pas suivre la règle sous peine d’aller en cour. Elle se souvenait même qu’en 1978 un salon de coiffure voisin avait coiffé un homme et cela avait été considéré comme une faute.
    De même elle qui coiffait dans un salon de barbier dans ses débuts, se rappelait bien que son salon pouvait recevoir les mamans qui accompagnaient leurs enfants mais il n’était pas question de les coiffer.
    Très vite les choses se sont tassées et la comité paritaire a été dissout.
    Il reste encore, la différenciation au niveau de l’enseigne car seuls les salons dits de barbier peuvent l’exposer.

    • Et aujourd’hui tout se mélange
      En flânant dans les rues du Plateau avec un œil attentif aux enseignes des salons, j’ai trouvé un salon de coiffure qui affichait la « boule tournante ».
      Quelle hérésie pour moi qui avait monté cet article.
      Renseignement pris auprès de la gérante du salon de coiffure elle m’a dit qu’effectivement il y avait un barbier dans son salon et qu’elle connaissait bien les règles bien que le comité paritaire soit dissous depuis quelques décennies.
      Elle m’a déclaré qu’elle allait rajouter « et Salon de barbier » pour être cohérente.

  2. Merci Jacques pour cette évocation minutieuse de la vie de ton grand-père. On se rend compte que la photo – et la loupe – sont de bons outils de navigation pour comprendre la vie de plus près…
    Donc, je salue le grand ordonnateur (et ordinateur ?) de ta mémoire familiale; bon courage et bon travail pour la suite.
    Cordialement P.

  3. Continuons à faire « parler » la photo de l’intérieur du salon jusque dans ses moindres détails,
    Les objets qui sont rangés sur les étagères face aux fauteuils m’interpellent.
    En y regardant de près je présume que ce sont les mugs très personnels appartenant aux clients qui étaient déposés là.
    En faisant une rapide recherche j’ai trouvé un exemplaire qui a été conservé et cela devait ressembler à çà.

  4. Merveilleux de lire cette histoire d’un commerçant du Plateau, comme on en avait tout près de chez nous! On connaissait notre barbier, car c’était l’endroit pour jaser des potins des gens du quartier.
    Bravo pour cet article.

  5. Sur la première photo celle du salon de barbier rue Craig remarquez l’enseigne de barbier dans les double colonnes qui encadrent la porte d’entrée.
    Non tournantes comme certaines enseignes iconiques d’aujourd’hui.
    Les anciennes devaient être aussi en 3 couleurs symbolisant chacune :
    – avec le bleu, les veines,
    – avec le blanc, les bandages,
    – avec le rouge, le sang.
    Eh oui! c’est un legs du Moyen-âge, un temps où les barbiers pratiquaient également de petites opérations de chirurgie et arrachaient des dents.

    • Par Marielle, ma coiffeuse, j’ai appris qu’elle dénommait l’enseigne moderne la « boule tournante ».

  6. Cet article n’aurait jamais existé sans l’apport des photos et anecdotes de ma tante Janine Latendresse. J’avais toujours connu mes grands-parents âgés. Quel fut mon bonheur de découvrir ces photos conservées dans une boîte à chaussures.
    Merci Janine!
    PS à suivre, plus tard, l’histoire de Rosa Bélair!

    • Merci beaucoup à Janine pour les photos, elle me l’a pas dit.
      Très contente Jacques que tu nous les partages. Continue ton bon travail.
      Merci encore

  7. Merci à mon frère Jacques pour tout ce travail accompli au cours des 40 dernières années, heureuse d’en apprendre un peu plus sur la vie de nos grands-parents. Nous les avons connus sur la rue Fabre tout au long de notre enfance.
    J’ajoute cette anecdote au sujet de grand-papa, non seulement il travaillait durement mais il coupait aussi régulièrement chez-lui les cheveux de tous ses petits-fils, environ une dizaine, et j’ai souvenir que les garçons détestaient cette routine.

    • Grand-père ne connaissait qu’une coupe de cheveux, celle des années 40…
      J’ai fini par péter ma coche vers l’âge de 13 ans, je m’en souviens encore, c’était au chalet à l’Île Perrôt. Il ne m’a plus touché par la suite.

  8. La mise en page de cet article avec son auteur me conduit à faire un nouveau commentaire lié aux évènements que la planète vit en ce moment celui de la propagation des virus (revoir l’article de Gabriel Deschamabault).
    Les barbiers comme les dentistes et toutes les professions qui approchent des clients de très près s’exposent énormément à la contagion. Les inquiétudes que devaient avoir Rosa, à chaque fois que son Lionel rentrait, devaient être énormes.

  9. Superbe témoignage! Il nous permet de bien suivre la vie de cet homme dans le contexte du temps.
    Merci à monsieur Latendresse et à Ange Pasquini!

  10. Bizarre ! 7 h 30 du matin comme c’est bizarre !
    Quelqu’un pourra-t-il m’expliquer pourquoi une heure si matinale pour un mariage.

    • C’est le jeûne eucharistique, pour recevoir la communion au cours d’un service religieux il faut être à jeun depuis minuit la veille. Il y a une exception pour l’eau et les médicaments.

      • Merci pour cette clarification, il faut croire que les gens vivaient en 1917 une vie, quasiment monastique.
        A quelle heure fallait-il se lever pour être préparée bien coiffée etc.?
        Les témoins et invités de la noce devaient donc suivre le même tempo.

  11. J’aime beaucoup cet article.
    On y voit évoluer une personne dans son métier et dans sa vie.
    J’aime beaucoup aussi parce que cette histoire se déroule à deux pas de chez moi.
    À l’école primaire, un de mes meilleurs amis s’appelait Gilles Archambault et son père occupait avec sa petite bijouterie, le local de l’ancien salon de Lionel Latendresse au 1106 Mont-Royal. La famille habitait au-dessus du commerce.
    Tout comme à l’époque du salon de barbier, le local n’avait que 12 pieds de largeur. Le local voisin était occupé par un cordonnier Nadeau. Plus tard les deux commerces seront réunis pour occuper tout le RdeC de l’immeuble.
    La remarque concernant une porte latérale sur Christophe-Colomb, concernant le deuxième local de barbier, est tout à fait juste. Cet édifice a largement été transformé depuis.
    L’auteur nous réfère également à une porte latérale similaire sur Boyer (angle nord-ouest; actuel Mondou). Cette porte trouve son identique rue Mentana (commerce Plazatex). Les quatre édifices de ce bloc entre Boyer et Mentana ont été édifiés en même temps. Vous remarquerez qu’ainsi cet accès aux logements supérieurs permettait aux vitrines de la façade sur Mont-Royal d’occuper toute la largeur du bâtiment.
    Astucieux ces anciens!

  12. En discutant avec l’auteur de cet article j’ai appris deux choses :
    1 – toute sa vie durant, Lionel a résidé à quelques minutes de marche de son salon de coiffure. A cette époque, il avait déjà adopté un mode écologique de vie dans le respect du Développement Durable.
    2 – décédé à l’âge de 73 ans, il n’aura pas bénéficié longtemps de sa retraite car toute sa vie il aura dû travailler. Je sais par expérience combien la station debout des coiffeurs est pénible; il devait être une bien vaillante personne.

    • Mon grand-père est décédé le 2 octobre 1973 à l’âge de 82 ans et non 73 ans. Il a habité chez nous un court temps, chez une de ses filles, l’avant dernière de ses enfants.

      • ERRATUM
        Madame Leblanc, merci pour votre rectification. L’erreur ne provient pas de l’article mais de mon commentaire.
        Permettez-moi de vous présenter toutes mes excuses. En fait, dans mon enthousiasme pour saluer ce bel article j’ai confondu la date du décès de votre grand-père avec son âge. Et donc ma remarque sur une retraite écourtée n’est plus vraie.
        Encore merci pour votre précision.

      • Merci Michelyne, moi aussi j’étais étonnée de voir l’âge du décès de grand-papa, 82 ans est plus plausible a mon avis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

HTML tags allowed in your comment: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>